recteur


recteur

1. recteur, trice [ rɛktɶr, tris ] n.
• 1261; rector « capitaine d'un navire » 1213; lat. rector, de regere régir
1 N. m. Anciennt Le chef et le premier officier électif d'une université.
N. (1806) Mod. Universitaire qui est à la tête d'une académie. En France, les recteurs administrent une université, président son conseil et dirigent l'enseignement à tous ses degrés sur le territoire de l'académie. Par décision du recteur. rectoral. (Canada) Chef d'une université. chancelier. REM. En France, on emploie plutôt recteur pour une femme; le féminin une rectrice, est courant au Canada.
2 N. m. Anciennt Directeur, supérieur d'un collège de jésuites.
3 N. m. (1283 « supérieur ecclésiastique ») Relig. Prêtre catholique à qui l'évêque confie la charge de certaines églises non paroissiales. En Bretagne, Curé ou desservant. « Un recteur de l'île de Sein », roman d'Henri Queffélec.
recteur 2. recteur, trice [ rɛktɶr, tris ] adj. et n. f.
XVIIIe; lat. rector « qui dirige »
Zool. Plumes rectrices : grandes plumes de la queue, qui dirigent le vol des oiseaux. — N. f. (1803) Une rectrice.

recteur nom masculin (latin rector, de regere, diriger) Fonctionnaire de l'Éducation nationale nommé par décret du président de la République en Conseil des ministres, révocable à tout moment et responsable d'une académie. Sous l'Ancien Régime, chef d'une université. Supérieur d'un collège de jésuites. Ecclésiastique ou laïque placé à la tête d'une université catholique. Responsable d'un sanctuaire de pèlerinage non paroissial. En Bretagne, curé de petite paroisse. ● recteur (citations) nom masculin (latin rector, de regere, diriger) Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux Paris 1636-Paris 1711 […] Marchant à pas comptés, Comme un recteur suivi des quatre Facultés. Satires

recteur
n. m.
d1./d Fonctionnaire responsable d'une académie (sens 3).
d2./d (Afr. subsah., Belgique, Québec) Responsable d'une université choisi parmi les membres du personnel enseignant de l'institution. (Le fém. rectrice est usuel en Belgique et au Québec.)

I.
⇒RECTEUR1, subst. masc.
A. — Rare. Celui qui dirige. Ces quatorze élus [de la ville de Besançon], que d'abord on appela Prud'hommes, ensuite Recteurs et en dernier lieu Gouverneurs, étaient le Conseil ordinaire exerçant la police et la justice municipales (THIERRY, Tiers État, 1853, p. 337):
... cet impérialisme de l'espèce est bien, au fond, ce que prêchent les grands recteurs de la conscience moderne; c'est l'homme, ce n'est pas la nation ou la classe, que Nietzsche, Sorel, Bergson exaltent dans son génie à se rendre maître de la terre...
BENDA, Trahis. clercs, 1927, p. 246.
B. — RELIG. CATH.
1. Prêtre desservant une église ni paroissiale, ni capitulaire, ni conventuelle. (Ds Foi t. 1 1968).
En partic., région. (Bretagne). Curé desservant d'une paroisse. Le recteur ou curé de Combourg. L'abbé Sévin, celui-là même dont j'écoutais le prône (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 72). Lisette pouvait dire ses fautes à un recteur officiel, à un prêtre délégué par l'évêque (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 212).
2. Celui qui est à la tête d'un établissement d'enseignement religieux. Synon. supérieur, chef d'établissement (v. établissement II A 2 b). Recteur de séminaire, de collège, d'université. J'ai reçu dernièrement de Mgr Baudrillart, Recteur de l'Université Catholique, le sermon de rentrée qu'il a fait à ses étudiants (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1911, p. 187). Le P. Lezeau, recteur des jésuites d'Alençon (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 620).
En partic. Chez les Jésuites celui qui dirige un collège classique de garçons. Le Père Sixte parut. — Rentrez à l'étude! fit-il d'une voix tonnante (...). Vous attendrez là que le Révérend Père Recteur ait statué sur les incidents abominables qui viennent de se passer (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 69).
C. — 1. HIST. Recteur de l'Université. Représentant élu d'une université au Moyen Âge, ayant pour mission de défendre les intérêts de sa corporation et représentant l'université lors des conflits qui pouvaient l'opposer au pouvoir central. Comme il allait monter à cheval au sortir de la messe, le recteur de l'Université, en grand appareil, à la tête de sa compagnie, vint le haranguer (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 3, 1821-24, p. 184). V. dignitaire ex. de Hugo.
2. Région. (Belgique). Chef de l'administration académique de l'université où il est professeur, élu par l'assemblée des professeurs ou nommé par l'autorité supérieure sur présentation de candidats classés, chargé de présider les assemblées générales du corps enseignant, de veiller à la discipline ainsi qu'à la régularité et au progrès de l'enseignement et au développement de la recherche. Recteur d'une université libre. Statuts organiques. — Titre IV, Du Recteur. Art. 30. — Le Recteur représente le corps professoral, il en convoque et en préside les assemblées générales. Art. 31. En cas de décès ou de démission du Recteur, ses fonctions sont exercées provisoirement par le Pro-Recteur (Université Libre de Bruxelles. Programme général des cours 1974-1975, pp. 37-38).
3. Recteur magnifique. [Titre porté par le recteur de certaines universités catholiques en Belgique, en Italie, aux Pays-Bas] Louvain. Le merveilleux hôtel de ville à cinq rangs de fenêtres (...). Vu le recteur magnifique, M. de Ram, bel homme, jeune encore, fort et fin. Il prépare une Belgica sacra, veut compléter l'Hagiographie belge de Geneskier (MICHELET, Journal, 1837, p. 223).
4. Recteur d'Académie. Haut fonctionnaire ayant le grade de docteur, nommé à la tête d'une académie par le pouvoir central qu'il représente, qui dépend du ministère de l'Éducation et exerce un pouvoir de contrôle et d'inspection sur l'enseignement dispensé dans son ressort. Michelet nous a invités à ses soirées (...). Tout ce monde de républicains et de libéraux a l'air de professeurs: on se croirait à une soirée chez un recteur d'académie de province. C'est de la bourgeoisie la plus petite, la plus étroite, la plus ordinaire (GONCOURT, Journal, 1864, p. 17).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [1261 « chef d'une université » d'apr. BL.-W.1-5] 1. a) ca 1270 rectur « directeur d'école » (PIERRE DE PECKAM, Vie St Richard, 390 ds R. Lang. rom. t. 53, p. 333); b) déb. XIVe s. rectour « chef d'une université » (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, V, 2566); c) 1808 « chef de chacune des Académies qui composent l'Université de France » (Décret du 17 mars ds DEMN.-FOURM. Enseign. 1981); 2. a) ca 1300 rector « chef spirituel, celui qui dirige » (MACÉ, Bible, éd. J. R. Smeets, Exode, 4057); b) 1575 en Bretagne « curé d'une paroisse » (Cout. de Bret., Coust. génér., II, 790, éd. 1604 ds GDF. Compl.); 3. 1558 subst. fém. rectrice « celle qui dirige » (MAROT, Riche en pauvreté, 44, Œuvres lyriques, éd. C. A. Mayer, p. 400). Empr. au lat. rector (de regere « diriger ») « celui qui dirige », « précepteur » et « gouverneur d'une province »; le sens 2 b est issu du sens de « supérieur ecclésiastique, prélat, directeur de certaines maisons religieuses » que le mot avait pris aux IVe-Ve s. (v. BLAISE Lat. chrét.); v. NIERM. pour les attest. des différents sens en lat. médiéval.
II.
⇒RECTEUR2, -TRICE, adj.
Qui dirige. Pôle recteur (SULLY PRUDH., Justice, 1878, p. 241). Éléments sociaux qui ont dans cet ensemble le rôle recteur et prépondérant (MARITAIN, Human. intégr., 1936, p. 50). Tout se passe au contraire comme s'il y avait un principe moteur et recteur qui gouverne notre matière organisée, et s'il y a en nous quelqu'un qui est maître et qui sait ce qu'il a à faire de tout, c'est ça (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1938, p. 224).
CHIM. ANC. Esprit recteur. ,,Corps que l'on considérait comme le principe et la source de l'odeur dans toutes les substances odorantes`` (LITTRÉ-ROBIN 1865).
Au fig. Il y a dans chaque empire un esprit recteur (laissez-moi voler ce mot à la chimie en le dénaturant) qui l'anime comme l'âme anime le corps, et qui produit la mort lorsqu'il se retire (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 234).
ZOOL. Pennes/plumes rectrices. Grandes plumes rigides de la queue des oiseaux, en nombre pair, qui servent à diriger le vol. Les grandes plumes rectrices de sa queue, le gouvernail sûr de son vol (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 223). Empl. subst. fém. plur. Les rectrices déterminent la direction du vol chez la plupart des oiseaux (Animaux 1981).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. Ca 1355 « qui dirige » (BERSUIRE, Tit. Liv., B. N. 20312ter, f ° 20 v ° ds GDF. Compl.), rare; 2. en partic. a) 1762 chim. esprit recteur (Ac.); b) 1803 subst. fém. rectrice « grande plume de la queue » (BOISTE); 1824 pennes rectrices (RAYMOND). V. recteur1.
STAT. Recteur1 et 2. Fréq. abs. littér.:235. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 343, b) 373; XXe s.: a) 197, b) 387.

1. recteur, trice [ʀɛktœʀ, tʀis] n.
ÉTYM. 1261; rector « capitaine d'un navire », 1213; lat. rector « celui qui dirige », dér. de regere. → Régir.
1 N. m. Anciennt. « Le chef et le premier officier électif d'une Université » (Furetière). || Le recteur était choisi dans la faculté des Arts. || « Comme un recteur suivi des quatre facultés » (cit. 12, Boileau).N. (1806). Universitaire qui est à la tête d'une Académie. || En France, les recteurs dirigent l'enseignement à tous ses degrés sur le territoire de l'Académie. Académie. || Épitoge violette de recteur. || Recteur d'une université libre (catholique…). || Monsieur le recteur (en s'adressant à un recteur ou à un ancien recteur).(Au Canada). Chef d'une université. aussi Chancelier.Recteur magnifique : titre, probablement d'origine allemande, que peuvent porter les recteurs d'universités catholiques (Constitution apostolique de 1931), et qui est en usage en Italie, aux Pays-Bas…
REM. Au féminin, en France, on emploie plutôt recteur en parlant d'une femme; le féminin une rectrice est usuel au Canada.
2 N. m. Anciennt. Directeur, supérieur d'un collège de jésuites.
3 N. m. (1283, « supérieur ecclésiastique »). Relig. Prêtre catholique à qui l'évêque confie la charge de certaines églises non paroissiales.
Dans certaines régions, et, spécialt, en Bretagne, Curé ou desservant (cf. Balzac, la Peau de chagrin, Œuvres, t. IX, p. 164). || Un recteur de l'île de Sein, roman de H. Queffélec.
DÉR. (Du lat. rector) Rectoral, rectorat.
COMP. Vice-recteur.
————————
2. recteur, trice [ʀɛktœʀ, tʀis] adj. et n. f.
ÉTYM. XVIIIe (av. 1778, Voltaire); du lat. rector « qui dirige ».
1 Anc. chim. || Esprit recteur : esprit, fluide constituant le principe des odeurs.
2 Zool. || Plumes rectrices, pennes rectrices : pennes, grandes plumes de la queue, qui dirigent le vol des oiseaux.N. f. (1803). || Une rectrice.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • recteur — 1. (rè kteur) s. m. 1°   Celui qui dirige, régit. •   Le pape peut être appelé le recteur de l Église universelle, parce qu en vertu de sa primauté, il a une inspection générale sur l Église universelle, DUMARS. Lib. égl. gall. part. II, max. 8.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • recteur — Recteur. s. m. Celuy qui est le chef d une Université. Le Recteur de l Université de Paris. le Recteur de l Université de Poitiers, &c. la Procession du Recteur. On appelle aussi dans les Colleges des Jesuites, & dans quelques autres Communautez …   Dictionnaire de l'Académie française

  • recteur — Recteur, Rector, aidez vous de Regent …   Thresor de la langue françoyse

  • Recteur — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Recteur de l Université de Padoue au XVIe sièc …   Wikipédia en Français

  • RECTEUR — s. m. Il se disait autrefois Du chef d une université. Le recteur de l université de Paris. Le recteur de l université de Poitiers, etc. La procession du recteur. Il a été trois fois recteur.   Il se dit aujourd hui Du chef de chacune des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RECTEUR — adj. m. T. de Chimie. Il ne s emploie que dans cette expression, Esprit recteur, La partie aromatique d une plante. Esprit recteur de lavande …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RECTEUR — n. m. Il se dit du Chef de chacune des Académies qui composent l’Université de France. Le recteur de l’Académie de Paris, de Lyon, de Bordeaux. Il se dit également des Chefs d’établissements libres d’enseignement supérieur. Le recteur de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Recteur —    Droit administratif: fonctionnaire nommé à la tête d une Académie …   Lexique de Termes Juridiques

  • Recteur d'academie — Recteur d académie En France, un recteur d académie est le responsable d une académie, circonscription administrative, propre au service public d éducation nationale. Choisi parmi les professeurs des universités, le recteur est désigné en conseil …   Wikipédia en Français

  • Recteur d'académie — Pour les articles homonymes, voir Recteur. Les académies en France métropolitaine. Un recteur d académie est, en France, le responsable d une académie, circ …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.